Redistribrution des concessions sur le littoral de Pampelonne

LES GRANDS PERDANTS

La surprise totale avec la disparition annoncée de la plage des Jumeaux: établissement de Pampelonne sur le rivage de l’épi, l’exploitant n’a pas réussi à conserver le lot qu’il gérait 1987.

Ouverte à l’année, cette plage était aux mains de Jean-Claude Moreu, président de l’association des exploitants de plage de Pampelonne, il s’est battu pour sauvegarder l’esprit de Pampelonne.

À l’épi, toujours, c’est l’hécatombe: des lots disparaissaient mais les actuels concessionnaires espéraient bien se repositionner sur un autre bout de ce paradis. Selon nos informations, exit Shellona qui avait fait son apparition en 2017 seulement.

Grosse désillusion semble-t-il aussi pour Bagatelle beach, rayée de la liste. Plage labellisée aux quatre coins du monde par Rémi Laba et Aymeric Clemente – sous la férule de l’oligarque Russe Dmitry Rybolovlev -, ce lieu était devenu l’une des places fortes des ambiances festives: une véritable locomotive qui attirait une clientèle fortunée sur le rivage de la presqu’île.

 

CEUX QUI RESTENT

Pampelonne ne pouvait pas perdre toutes ses étoiles de mer d’un coup: Tahiti restera une île décontractée sur le Nord de la plage.

Neptune, seul établissement à privilégier encore une clientèle nudiste, sera toujours de la partie en 2019.

Reconduits également, les Tiki plages.

Récemment investi sur la pointe sud, Indie Beach, conserve son lot. De même que Cabane BambouTropicana et l’Esquinade.

A l’épi, Polynésie résiste à la vague de départ. Au bout de Patch, l’attente a été tendue: l’OrangerieCap 21- les Murenes ont présenté des projets qui ont été sélectionnés.

De l’autre coté du boulevard, le club 55 conserverait sa plage.

LES GRANDS GAGNANTS

Ce n’est que de nouveaux venus sont partis à l’abordage du sable de Pampelonne: et là, c’est une véritable percée des hôtels haut-de-gamme.

En association avec le château de la Messardière et le Pan Déi (propriété de Stéphane Courbit), l’actuel concessionnaire Patrick Germain garde la main.

Par ailleurs aux Moulins, éclosion depuis quelques jours sur une propriété privée, dans cette zone naturelle protégée, d’un nouvel établissement , le 1051.

Sur le littoral de Patch, c’est un palace – 5 étoiles, le Byblos de Saint-Tropez, qui emporte l’un des lots.

Autre invité de la presqu’île, l’hôtel de la Réserve (l’Escalet à Ramatuelle) a su tirer son épingle du jeu et devrait s’ancrer à l’épi.